L'apport de chacun dans une relation

 •  Comments (0)





La vie est fondée sur des échanges. S'il n'y a plus d'échanges, il n'y a plus de vie.

Le couple doit être un espace-temps ou chacun œuvre au bien-être de l'autre, dans l'accomplissement d'un destin commun.

A partir du moment où ils ont commencé l'intimité conjugale, il est interdit de parler d'autre chose que de leur amour. La raison est que les discussions à ce moment là peuvent les distraire et donc affaiblir leur joie. Il est par ailleurs fondamental pour l'homme de ne pas penser à une autre femme, et la femme à un autre homme, cela est le principe des 9 Midot décrites plus loin. (Chita Mékoubetset - Nedarim 20b - Chaar hakedoucha La raavad).



Le rôle de l'homme

Le mari doit toujours veiller à honorer son épouse car, la bénédiction ne réside dans le foyer que grâce à l'épouse. (Talmud, Baba Metsia 59a)

La Bible (Loi écrite) et le Talmud (Loi orale) reconnaissent à la femme une grande dignité. Les jeunes filles d'Israël doivent être respectées et l'épouse honorée plus que soi-même.

Le mari doit consulter sa femme, même à propos de ses affaires et il doit l'aimer comme lui-même.

Voici ce que dit le 'Hazon Ich dans une de ses lettres:

"Durant la première année il est nécessaire de réaliser l'union entre l'homme et sa femme, car c'est le but de la création que de devenir une seule chair... c'est pendant cette année là que le mari pourra et devra montrer clairement à sa femme qu'il l'aime; il devra y passer beaucoup de temps, discuter et développer tout ce qui peut augmenter leur amour."

Développer la relation de couple est une Mitsva (un commandement) tout particulièrement pour l'homme.

Tout ce que dit la Thora concerne à la fois l'homme et la femme, attendu que le foyer se construit grâce aux efforts des deux. Cependant, c'est à l'homme spécifiquement que la Thora a donné la Mitsva (le commandement) de Onah et de Pérou ou revou. Pourquoi? Parce que D-ieu a déjà mis dans la nature même de la femme cette volonté d'épanouir la relation dans le couple. Comme il est dit: "Et ton désir ira vers ton mari" (Mechè'h 'Ho'hma - Noa'h).

L'homme doit considérer et chérir sa femme comme une partie de lui même.

Résultat, La Thora donne l'obligation à l'homme de dépenser de l'énergie et diriger la construction idéale du couple. Comme il est dit: "Et il réjouira sa femme" (dvarim 21:11) , c'est à lui de le faire. L'initiative de la relation vient de lui.

Selon nos Sages, "le mariage est à comparer à un homme qui a perdu un objet. Dans ce cas, qui cherche qui? C'est le propriétaire qui cherche l'objet" (Nidah 31b)

La Tradition juive impose au mari de rendre chaque vendredi soir un hommage à la femme Juive avec la récitation du ‘Eshet H'aïl’ (la femme parfaite), extrait du chapitre 31 du livre biblique de Michlé, qui vante les mérites de la femme vertueuse.




Le rôle et la Mitsva (le devoir) de la femme

L'épouse fera tout ce qui est en son pouvoir pour plaire à son mari. Dieu la créa de la côte d'Adam, pour qu'elle fût modeste. Et les rabbis du Talmud reconnaissent unanimement (Yoma 2 a) : "Sa maison, c'est son épouse", c'est-à-dire, que la maison vaut ce que vaut l'épouse. C'est elle qui met à l'abri son mari de toute tentation et de tout danger, c'est elle encore qui soigne avec amour ses enfants.



Donner le meilleur de soi

Prov14/1 : La femme sage bâtit sa maison et la femme insensée la renverse de ses propres mains.

La sagesse des femmes bâtit la maison, mais la folie la détruit. Une femme sage fait de sa maison un lieu de Refuge, de repos, de paix et de joie.

Notre maison doit être une maison de louange. La femme insensée néglige son foyer et sa famille. Si nous ne pouvons tenir notre maison ou bien si nous ne sommes pas bien dans notre maison, nous avons un problème. Nous ne connaissons pas notre place dans le plan de Dieu pour nous et notre famille.

La femme est l’âme de la maison. Si la maman ou la femme ne va pas bien , la maison et la famille ne vont pas bien. C’est elle qui crée l’atmosphère. C’est elle qui donne le parfum dans sa maison. La couleur, l’ambiance.

La femme détient le pouvoir de façonner l'homme afin qu'il puisse réaliser son potentiel. Elle doit donc accepter de faire son possible pour aider son mari à trouver son chemin et se maintenir dans le Judaïsme. Elle doit s'y engager de tout son cœur et tout mettre en œuvre afin d'aider son mari à réaliser ses Mitsvot (les commandements de la Thora). C'est bien de cette façon qu'elle perfectionne son âme et son foyer.

L'explication de nos Sages concernant la phrase "qui est la femme vertueuse?" est la suivante: C'est celle qui fait la volonté de son mari. Ce qui signifie aussi, en vérité, celle qui façonne la volonté de son mari, et donc celle qui crée, encourage et stimule chez lui la volonté de faire celle de D-ieu, la volonté de faire le bien, de se construire davantage et de se dépasser sans cesse!

Dans le Séfer Béréchit (2:19): il est écrit "Je lui ferai une aide en face de lui", ce qui signifie" pas à la même place, mais ailleurs, en mouvement", afin que cette aide puisse améliorer les plans de sa vie que lui, l'homme, ne peut atteindre, faisant ainsi du couple une relation de partenaires, chacun œuvrant au bien-être de l'autre, dans l'accomplissement de leur destin commun.

Il est important que la femme étudie tout ce qui concerne la relation de couple et le mariage. Nos rabanim (nos maîtres) expliquent qu'il n'est pas question de rendre la femme passive, mais au contraire une partenaire incontournable qui façonne leur mode de vie à tous les deux.

De même que c'est le mari qui donne l'impulsion au couple et dirige la relation dans le foyer, de même, la femme joue un rôle majeur et central. Rien de tout ce qui construit le foyer ne peut être accomplit sans son aide; certaines réalisations sont même uniquement entre ses mains à elle.



Une façon de faire délicate

La Guemara enseigne que Léa ne s'est pas exprimée directement (Erouvim 100b), ni avec agressivité, mais elle a agit de façon à éveiller l'amour de Yaacov pour elle. De quelle manière? Pour Rachi , il s'agit d'actes d'affection. Pour le Ravad "en s'habillant avec recherche pour attirer son regard et son désir" (Ba'alei hanéfèche - Chaar Hakedoucha)

Pour la Guemara, une femme doit éveiller le désir de son mari avec délicatesse, créant ainsi une relation profonde. Le Chita Mékoubetset ajoute lui aussi que des fils sages et intelligents naissent de l'amour et de l'amitié avec lesquelles les époux agissent l'un envers l'autre. (Nedarim 20b). Chaque union requièrt l'éveil de la tendresse et du désir de la femme.



Fusion des cœurs et des âmes

Le fait pour une épouse de communiquer à son mari l'amour qu'elle lui porte induit chez lui une volonté de la connaître, de la découvrir et crée un désir de fusion des cœurs et des âmes.



La douleur d'un homme

Le 'Hazal déduit l'importance fondamentale d'une femme pour son mari du verset : "J'ai trouvé plus amer que la mort: une mauvaise femme". (Raba Yébamot 63b)

Qu'est -ce que la Thora appelle une mauvaise femme? "Celle qui dresse la table pour son mari et la couvre de mets raffinés, mais qui lui tourne le dos et refuse de manger avec lui" (Yabamot 63b). Ainsi, une "mauvaise femme" est une femme qui n'aime pas, mais accomplît méthodiquement ses taches ménagères. Elle accomplit toutes ses obligations, mais néglige la partie la plus importante du mariage: montrer son amour et son désir pour lui. En lui tournant le dos, elle montre clairement qu'elle ne veut aucune relation avec lui.



Pourquoi l'élan doit- il venir de la femme?

Parce que c'est dans la nature profonde de l'homme de désirer réellement sa femme lorsqu'il sent qu'elle lui appartient de manière exclusive. Bien que l'homme apprécie les qualités et la beauté de sa femme, son amour pour elle dépend aussi de son amour à elle et de son désir pour lui et du fait qu'elle les exprime souvent.

Plus encore: s'il n'y a pas de certitude qu'elle lui appartient exclusivement et qu'elle ne désire que lui, il ne peut avoir d'amour stable pour elle. L'amour et l'affection d'une femme pour son époux sont les piliers de l'amour dans le couple.

On le voit, l'épouse est loin de n'être qu'un élément passif dans le couple. Au contraire c'est son action et son comportement à elle qui garantissent l'amour toujours plus fort de son mari.



Le désir de la femme alimente celui de l'homme

Nous venons de voir que le comportement actif de la femme et son désir pour son mari sont le fondement de la relation de couple.

Pour autant, il est indispensable de nourrir le désir. Les liens du mariage sont plus forts, différents de ceux qui unissent frères et sœurs ou même que celui des parents pour leurs enfants; contrairement aux précédents, les liens d'amour entre mari et femme, s'ils ne sont pas entretenus se détériorent.

Mari et femme doivent donc investir leurs émotions les plus profondes et toutes leurs forces pour développer l'amour et le désir. Sans ce renouvellement crucial et véritable cure de jouvence, l'amour du couple s'affaiblit... puis meurt.

Or, ce qui nourrit l'amour et le désir dépendent de la faculté, de la clarté avec laquelle une femme, montrera son amour à son mari; il est fondamental qu'une femme montre à son mari l'importance que son bien-être a pour elle.



En résumé, c'est lorsque la femme sort de sa réserve, repère et est à l'écoute de son désir, puis va vers son mari, exprimant clairement son élan vers lui, c'est alors que son désir à lui s'éveille.






 
 Beth Yeshouroun Je vous recommande de visiter le site de la Communaute Beth Yeshouroun

Statistiques


Warning: fread() [function.fread]: Length parameter must be greater than 0 in /srv/disk3/547030/www/beth-yeshouroun.mywebcommunity.org/compteur.php on line 37
 Total Visiteurs:14279
Aujourd'hui : 11
En ligne : 1
Total des pages vues :0
Nombre de hits sur cette Page :