LA CHARITE

 •  Comments (0)



L'une des notions induites par le commandement de l'amour du prochain est la charité. Mais bien que cette notion de charité soit déjà contenue dans celle de l'amour, la Torah a fait un commandement supplémentaire d'être charitable envers son prochain. Ce qui correspond à l'altruisme, par opposition à l'égoïsme.

La kabbale enseigne d'ailleurs que le principal effort de l'homme pour se corriger, c'est de corriger son égoïsme.

Un homme doit consacrer un temps pour chacune de ces choses : Un temps pour s'occuper de ses affaires et de sa famille, un temps pour se distraire et se faire du bien, un temps pour prier, un temps pour étudier, etc. mais, également, un temps pour s'occuper des autres, du monde, regarder autour de lui pour voir quel changement il peut apporter dans la vie de quelqu'un, ou dans la société et qui soit profitable à d'autres personnes que celles qui lui sont habituellement et naturellement chères.

Même les écrits chrétiens ne disent-ils pas : " Quand bien je parlerais toutes les langues des anges, quand j'aurais la foi jusqu'à déplacer des montagnes, etc., si je n'ai pas la charité, je ne suis qu'un tonneau vide"?

La charité peut-elle se traduire par autre chose que le don ? Le don de ce qui nous appartient et que nous aimons nous-mêmes ? Le don de notre temps, le don de notre argent, le partage de nos connaissances, etc. ? Ne voyons-nous pas que le don soutient l'existence de la terre entière ? En effet, qu'avons-nous que nous n'ayons reçu ? Tout ce qui est nécessaire à notre existence, ne l'avons-nous pas reçu ?

C'est à d'autres personnes que nous devons la vie. Quelqu'un d'autre nous offre notre éducation, notre nourriture, jusqu'à ce que nous soyons capables de nous prendre en charge nous-mêmes, etc. Et cela fait de nous quelqu'un de bien. Pourquoi ne ferions-nous pas aussi quelque bien à quelques personnes que nous ne connaissons pas forcément bien ? Pourquoi ne voyons-nous pas que, si nous n'étions pas nés chez des gens capables de nous offrir une bonne éducation et par conséquent, une bonne position sociale, nous serions peut-être à la place de ce nécessiteux que nous méprisons tant et pour qui nous n'avons aucune compassion ?

Voici, à méditer, une des nombreuses histoires Juives sur la charité:
Durant les préparatifs de Pessa'h (la Pâque Juive), un homme s'approcha de l'Admour Hazaken et lui posa la question suivante: "Rabbi, est-il permis de remplacer les quatre coupes de vin (que chaque juif consomme durant le soir de la Pâque Juive) par quatre coupes de lait?"
Le maître ne répondit pas, il entra dans la maison et revint avec une liasse d'argent qu'il remit au questionneur. Les disciples du maître furent surpris par ce geste et, une fois le monsieur parti, en demandèrent l'explication. Pourquoi, lui dirent-ils, lui as-tu donné plus d'argent qu'il n'en avait besoin? Le maître leur répondit: "si cet homme veut utiliser du lait, c'est qu'il n'a pas des moyens de se procurer du vin. Cela signifie aussi qu'il n'a pas eu les moyens de se procurer de la viande, sinon, il n'envisagerait pas d'utiliser du lait (les Juifs ne consomment pas du lait et de la viande au cours d'un même repas). Je lui ai donc donné de quoi se procurer, non seulement du lait, mais aussi de la viande pour la fête.

N'est-ce pas une belle leçon d'amour et de charité?








 
 Beth Yeshouroun Je vous recommande de visiter le site de la Communaute Beth Yeshouroun

Statistiques


Warning: fread() [function.fread]: Length parameter must be greater than 0 in /srv/disk3/547030/www/beth-yeshouroun.mywebcommunity.org/compteur.php on line 37
 Total Visiteurs:2532
Aujourd'hui : 3
En ligne : 1
Total des pages vues :0
Nombre de hits sur cette Page :